Le concept de Growth design est issu du Growth hacking qui existe depuis plusieurs années. 

Le principe est l’hyper croissance et la création d’un maximum de trafic sur un site internet, rapidement, grâce à plusieurs leviers et de créer de la conversion pour générer du cash.

On a vite compris que le design avait un rôle important dans la conversion et il fallait donc le prendre en compte dans la stratégie de croissance. 

Un designer / brand designer / directeur artistique classique aura une vision esthétique, ce qui est intéressant, mais saura-t’il mettre en action son idée rapidement en suivant les « guidelines » du Growth Hacking? Pas sûr…

Pour moi, un growth designer c’est un full stack designer qui bosse vite et dispose d’un background solide en marketing et, si possible, des notions en développement.

Il doit être capable de déterminer la meilleure arborescence et le meilleur tunnel de conversion afin de générer des « leads » rapidement. 

Il doit bien entendu respecter les bases du design et de l’esthétisme sans parler bien sur de la charte graphique qui doit être construite dans une logique de growth (lisible, minimaliste, ultra tendance) 

Il faut qu’il ait des notions assez fortes en motion design afin de préparer les différents supports de communication qui vont permettre d’attirer du trafic via des ads ou des publications sur les réseaux sociaux. 

On oublie pas l’UX (user expérience) dans ce domaine qui est primordial et qui doit interagir avec toutes les phases du projet. On hésite pas à faire des tests utilisateurs pour améliorer l’expérience. 

D’ailleurs, je vous présente ci-dessous les phases d’un projet en growth design:  (je simplifie pour ne pas trop rentrer dans le détail, venez en MP pour en savoir plus 😉)

1. Idéation du projet : On définit le business, le service et la stratégie de cashflow 🤑

2. Création de l’identité de l’entreprise en lien avec les valeurs et la cible (prospects / persona) (Phase UI) 😻

3. Réflection sur la manière de présenter le produit et d’inciter le prospect / visiteur à s’y intéresser (phase UX) 👈

4.   Création du produit (product design) en respectant les points clés déterminés dans les    phases précédentes. On utilisera ici les outils de prototype comme XD, Figma, Sketch, Protopie, etc. 💪

5.   Phase de développement : On définit l’outil sur lequel on va développer son produit, 
Un CMS, une solution SAAS, from scratch … A vous de choisir 🙂

6. Lancement du produit et définition des objectifs marketing : Comment attirer des clients sur ma solution? On communique intelligemment avec ciblage chirurgical 🗣

7. On s’adapte en fonction des retours clients et surtout des analyses / reporting. 🕵️‍♂️

A noté que je cautionne totalement l’utilisation des CMS dans cette activité car il faut aller vite et optimiser au maximum les coûts de développement pour pouvoir tester et s’adapter rapidement (sans parler de scalabilité) 

Pour moi un growth designer doit avoir les compétences suivantes : 

Des compétences complètes sur tous les softs très utilisés en design 

(Photoshop / Illustrator / Adobe XD / Sketch / Figma / Invision )

– Des compétences en motion design

(After effect et Adobe première Pro) 

– Des compétences sur des CMS comme WordPress, joomla, Drupal, Prestashop et Shopify. 

  • De très bonnes notions en marketing digital (analytics, Facebook ads, Google ads, référencement, médiatisation etc.) 

C’est déjà pas mal non? 👀

 🚀 Si jamais vous cherchez un growth designer pour vos projets, c’est par ici 

—> www.deconinck.co

—> deconinck.co@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page